La fin du skill

Jeux Vidéo

En ce début de mois, j’ai profité d’être abonné au Playstation Plus pour télécharger gratuitement Call Of Duty WWII (2017). Après une brève visite du mode campagne, je me suis embarqué dans le mode multijoueur. Un drame en beaucoup (trop) d’actes.

Je n’ai pas touché au mode en ligne d’un Callof depuis pas mal de temps, et le dernier auquel je me suis entièrement consacré était Modern Warfare 3 (2011) sur PC. Une époque fabuleuse où je passais mes soirées entières dessus et où les franches rigolades étaient de rigueur.

Aujourd’hui je tente l’aventure online sur console et on peut dire que le temps a passé et beaucoup de choses ont changé comme dirait l’autre.

Déjà le jeu à la manette est assez compliqué. Sans jouer le « nazi » du jeu vidéo, il y a une vraie faille ergonomique en voulant se déplacer puis viser et tirer. La manipulation des deux sticks couplée à la gachette de tir rend le tout assez inconfortable. Quelle différence avec une souris et un clavier? Elle est énorme et elle vient surtout de mon profil PéCéiste.

C’est comme si vous aviez appris à écrire de la main droite toute votre vie et que d’un coup vous soyez obligé d’écrire avec la main gauche. Cela demande une vraie « rééducation ». Je ne joue plus sur PC et je touche à très peu de FPS sur console (uniquement des jeux solos). C’est une approche plutôt différente puisque en face, c’est une IA pas forcément des plus malines.

Evidemment entre 2011 et aujourd’hui, les jeux vidéo ont énormément évolué et en lançant mes premières parties sur ce CoD WWII je me suis retrouvé rapidement en mauvaise posture. Il faut avouer qu’avec neuf années sans jouer de manière sérieuse, on ne peut pas s’étonner de se faire rouler dessus. Découvrir un nouveau jeu en ligne c’est aussi devoir apprendre la structure des diverses maps, comprendre les nouveaux systèmes de progression et surtout redécouvrir les armes et choisir la bonne. Bizzarement (non), j’ai attaqué les premières parties de manière très prétentieuse avec le réflexe du rush et de me focaliser sur certains joueurs ayant un comportement très pénible au risque de voir mon ratio sombrer de manière ridicule. En 2020, ça campe toujours dans les coins et c’est toujours aussi insupportable.

Je suis vite retourné à mes études en me concentrant sur la découverte des lieux plutôt que le score. L’autre chose un peu décevante (mais pas surprenante) c’est le manque de teamplay. Peu importe le mode pratiqué, c’est très souvent, chacun pour sa peu et on verra bien à l’arrivée . Je crois que c’est ce qui me manque le plus de l’époque où je mangeais du online matin, midi et soir.

Malgré tout cela, les cinq premières heures en ligne ont été très agréables.

Maintenant, il s’agit de savoir combien de temps ça va durer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s